Assassins et poètes Assassins et poètes
Assassins et poètes
Assassins et poètes

Assassins et poètes

À propos

En 668, durant un séjour chez son ami le magistrat Lo dans le district de Chin-Houa, le désormais célèbre juge Ti va aider celui-ci à résoudre plusieurs affaires de meurtre : l'assassinat du jeune Song, candidat aux examens littéraires et celui d'une danseuse, Petit Phénix. Il fera également la lumière sur la culpabilité d'une poétesse, Yo la, accusée d'avoir assassiné une servante et mettra à jour une erreur judiciaire.

Comme toujours, l'intrigue policière est pour Robert Van Gulik un formidable prétexte pour recréer l'univers délicieusement dépaysant de la Chine des T'ang.

« Le savant et le dandy se mêlaient en Van Gulik, comme se côtoient dans ses romans Excellences et malabars, déesses de la Miséricorde et statues du roi Dragon, canards mandarins de l'amour fidèle et serpents de la passion meurtrière. On y arpente les égouts avec élégance avant d'aller au palais du gouverneur prendre - évidemment - une tasse de thé. »



Rayons : Policier & Thriller > Policier > Policier historique

  • EAN

    9782264006974

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    17.7 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    129 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Poche

Robert van Gulik

Hollandais, Robert Van Gulik, (1910 - 1967) est un fin érudit et un véritable polyglotte (néerlandais, anglais, japonais, malais, javanais, latin, grec mais aussi chinois et russe). Après avoir étudié à Leyde et à Utrecht le droit et la politique, il entre aux Affaires étrangères. Il s'initie à la poésie et à la calligraphie chinoises, au tibétain et au sanscrit, à la philosophie bouddhiste. Après avoir assimilé cette formation de lettré chinois, il publie deux ouvrages, l'un sur le luth chinois, l'autre sur la peinture. Il continue son œuvre au cours de ses pérégrinations de diplomate, au Japon, au Liban, en Malaisie, à Washington. C'est en 1948 au Japon qu'il traduit un roman policier chinois, le Dee Gong An ou Affaires résolues par le juge Ti, fonctionnaire de l'époque T'ang. En s'inspirant de vieux récits chinois, Van Gulik écrit alors dix-sept récits policiers fictifs, affaires débrouillées par son juge Ti, qui font découvrir au lecteur occidental maints aspects de la vie sociale en Chine ancienne. L'acquisition d'un album de gravures érotiques de la dynastie Ming l'amène à s'intéresser à l'érotisme chinois et en 1962 il publie La vie sexuelle dans la Chine antique, traduit en français en 1971.

empty